À propos de...

Michel Brissaud, né à Forbach en Moselle, vit et travaille à Paris.

Formé dans les années 80 à la photographie dans un club photo SNCF, je pratique assidûment la prise de vues et le laboratoire noir et blanc.

Dans les années 2000, je contemple les paysages industriels et ruraux, les friches, les territoires, témoins d’un monde qui change.  A cette époque, mes photographies témoignent avec une nostalgie heureuse du temps qui passe, de l’activité des hommes, mais aussi du déclin progressif, de l’abandon.

2008 est l’année d’un tournant dans ma pratique photographique. Une première collaboration avec un éditeur spécialisé dans le livre d’entreprise me permet d’approcher d’un monde industriel secret et d’entrer dans la vie quotidienne des entreprises. Je photographie le « vivant » comme les fondeurs, les verriers, les plasturgistes dans l’exercice de leur métier tout en pensant à August Sander. Je documente et j’illustre, toujours avec la complicité des hommes, toujours en quête d’une réalité sociale.

En parallèle, dans mes travaux personnels, je poursuis mes thématiques de prédilection qui renvoient aux questions de territoires, de lieux et de mémoire. Ma pratique évolue et je m’affranchis des contraintes de techniques et de temps, je m’émancipe du réel et des hommes. Je donne « à voir » et laisse les clés de l’interprétation au spectateur de mes images.

Enfin, il y a le noir, comme une quête d’un graal, que j’affectionne tant. Mes photographies sont sombres mais elles ne sont pas tristes. Le noir ne me sert qu’à mettre en valeur les formes, les textures et les lignes, orchestrée par une grammaire propre et atemporelle.